La plume et l'épée

Pour les passionnés d'écriture... et d'autres choses
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les courses de la semaine, merci bien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Papigeo
Page blanche


Messages : 10
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 69
Localisation : Basse Normandie

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Lun 27 Juin 2011 - 15:41

Voici un deuxième texte. C'est un de mes deux textes avec le précédent qui correspondent à une petite tranche de ma vie.
Vous constaterez qu'ils sont complétement différents.

Les courses de la semaine, merci bien !

Un vendredi du mois de février 2000 ou 2001, je ne me souviens plus très bien de l’année, je suis pour une fois parti seul faire les courses de la semaine. Je ne me rappelle plus pourquoi, ce jour-là, ma femme ne m’avait pas accompagné.
Je parcourus, sans problème, les douze kilomètres séparant ma maison du supermarché. J’avais pensé à tout, du moins presque : J’avais en poche le stylo pour rayer mes achats au fur à mesure de leur dépôt dans le caddie. Par contre, nul n’est parfait, la liste composée avec application par ma femme était restée sur le buffet de la cuisine. Ça commençait bien ! À cet instant, je sentis que cette fin d’après-midi allait être merdique.

Après avoir tourné trois fois autour du parking, je dénichai enfin une place. Évidemment, les caddies libres faisaient le petit train à l’autre bout. Arrivé, à proximité, je sortis mes clés de voiture avec lesquelles se trouvait accroché un porte-clé équipé d’un jeton ou, plutôt aurait dû être équipé d’un jeton. Pas de problème « une pièce d’un euro fera l’affaire » me suis-je dit avec philosophie, mais pas l’ombre d’un euro dans mon porte-monnaie ! Sans me découragé, je me rendis dans le supermarché, situé à cent cinquante mètres et attendis dix bonnes minutes à l’accueil pour qu’une aimable jeune personne me fît royalement cadeau de la fameuse petite rondelle en plastique.
Quand je glissai le jeton dans le caddie, j’étais sur place depuis déjà une demi-heure. Moi qui ne cesse de répéter à ma femme qu’avec elle, faire les courses c’est la galère et que tout seul j’irais bien plus vite, j’avais bonne mine.

Cette fois-ci j’entrai enfin dans le magasin, précédé par un bruit bizarre. Je ne sais pas si c’est pareil pour vous, mais, moi, je tombe toujours sur le chariot qui roule en crabe avec une roue bloquée de travers et qui n’arrête pas de couiner. Je parcourus les allées en tentant de me souvenir de ma liste de courses. J’avais beau équilibrer le poids dans le caddie, celui-ci s’obstinait à avancer en biais. Je terminai, comme d'habitude, par le rayon des surgelés. Alors là, ce fut la grande brasse pour s’y retrouver dans les prix, affichés n’importe comment sur les bacs réfrigérés : des produits sans prix, des prix sans produits, la routine quoi ! Mon caddie plein, je regagnai une des caisses et, comme à l’accoutumée, sur vingt-quatre, seules douze étaient ouvertes ; résultat : six personnes devant moi et une demi-heure d’attente.
À ma sortie du magasin, sous un ciel menaçant, la nuit était tombée. Je chargeai mes courses dans le coffre, j’abandonnai mon maudit chariot à son triste sort et, satisfait d’en avoir terminé avec cette corvée, je pris le chemin de mon domicile. Mais je n’étais pas au bout de mes peines…

Après avoir parcouru sept à huit kilomètres, ma voiture commença à tanguer, d’abord légèrement, puis de plus en plus fort. Elle roulait un peu comme mon caddie du supermarché, sauf que là, ma roue avant n’était pas coincée, mais crevée. Je me garai sur la berne avec précaution. Je n’avais pas le choix : il fallait changer cette foutue roue. Je sortis ma lampe torche de la boîte à gants. Quand je vous dis que je suis prévoyant ! Enfin pas complètement, car les piles usées dégagèrent une faible lueur couvrant un espace d’à peine cinquante centimètres ; c’était toujours mieux que rien.
Certains ont leur roue de secours sur le moteur, d’autres sous le coffre. Eh bien ! pour ma voiture, elle se situe dans une cavité aménagée au fond du coffre ; pour l’atteindre, il me fut indispensable de sortir toutes mes provisions. J’ai dû transvider mes courses du coffre, à l’intérieur de la voiture. Â ce moment-là tout se trouvait sur le siège arrière. Enfin presque tout, car je venais d’exploser le pot de moutarde sur la route et passons sur la petite boite de poivre moulu, roulée je ne sais où et considérée comme perdue ; je pus ainsi dégager la roue de secours et le cric.
Je déposai ma lampe torche allumée à proximité et je dévissai le premier écrou en appuyant comme un forcené sur la manivelle. Au troisième écrou, la pluie se mit à tomber ; ce n’était pas une petite averse, mais un vrai déluge ; la roue débloquée, j’étais complètement trempé. Je plaçai non sans mal le cric à l’endroit approprié. Par malchance, le pneu crevé se trouvait dans l’herbe. Je commençais à lever la voiture et, à l’instant où mon véhicule arrivait à la bonne hauteur, le cric partit en vrille et glissa sur le sol gorgé d’eau. Je devais recommencer, sous cette pluie qui n’arrêtait pas, mais voilà, la vis de cet engin de malheur était tordue et le rendait inutilisable. Alors, là ! c’était le bouquet final…
Découragé, je montai dans ma voiture. Il était inutile d’insister, je devais demander de l’aide. Avec mon portable, je tentai de joindre mon gendre pour qu’il vienne me dépanner, mais la communication ne passait pas. « Ça ne marche jamais quand on en a besoin, ces trucs-là. » Résigné, je mis la radio en marche en me disant : « Ne me voyant pas rentrer, ils vont bien finir par venir me chercher. » Au bout de vingt minutes, j’allumai mes phares pour repérer où je me situais exactement. En regardant devant moi, il me vint une idée complètement farfelue ; exactement le genre d’idée idiote que vous rejetez aussitôt lorsqu’elle vous vient à l’esprit ! Eh bien moi, je décidai de la mettre en pratique.

À trois ou quatre mètres sur ma droite se trouvait un rail de sécurité. Chacun voit comment est constitué ce truc : il est scellé à environ cinquante centimètres du sol avec ses deux extrémités courbées vers le bas. Je reculai légèrement la voiture pour me placer en bonne position, passai la première et avançai vers le rail. J’eus des difficultés à maintenir mon véhicule, le côté droit avec la roue crevée se trouvant sur la berne gorgée par la pluie, tombant de plus en plus fort. La voiture parcourut les deux premiers mètres en patinant, puis emportée par son élan, grimpa sur le rail.
Je sortis sans ma torche dont les piles étaient définitivement mortes. Je contournai mon véhicule à tâtons et me dirigeai vers le pneu crevé. À ma grande surprise, mon idée avait fonctionné. La roue se trouvait à une bonne trentaine de centimètres du sol. La nuit était épaisse, mais une faible clarté se dégageait par intermittence, lorsque la lune apparaissait au travers des nuages. La position sur le bord d’un fossé rempli par la pluie, dans lequel je n’arrêtais pas de glisser, était difficile à tenir. Après trois glissades, je décidai de rester dans le fond avec de l’eau jusqu’aux chevilles. Je terminai de dévisser la roue et la remplaçai par la bonne ; je mis en place les trois écrous, et non quatre : car j’avais perdu le quatrième dans l’herbe et il était impossible de le retrouver sans lumière. Je serrai le tout du mieux possible.
Ouf ! Maintenant, je n’avais plus qu’à me dégager. Je mis le contact et enclenchai la marche arrière, mais ma voiture était une traction avant, je l’avais complètement oublié. Je vis avec rage mes deux roues tourner dans le vide. Découragé, je coupai le moteur et restai quelques minutes la tête sur le volant, puis je me redressai sur mon siège et le fou rire me gagna en pensant à l‘arrivée hypothétique d’un véhicule de la gendarmerie. J’aurais beaucoup de mal à leur faire croire que j’avais volontairement escaladé ce rail de sécurité pour changer ma roue. Je doutais d’ailleurs que leur esprit imaginatif allât jusque-là.
Je devais tenter quelque chose, je ne pouvais pas attendre sans bouger. Par chance, la pluie avait cessé. Je débloquai le frein à main, me plaçai devant la voiture et poussai de toutes mes forces. Au début, rien ne se passa, puis mon véhicule avança de quelques centimètres ; il restait encore un bon mètre pour me dégager. Je récupérai le bidon d’huile moteur rangé dans le coffre et en barbouillai le rail, puis je repris mes efforts. Mon véhicule recula d’un coup, mais partit en travers et la roue arrière droite se retrouva au-dessus du fossé. Cette fois-ci, j’étais vraiment coincé. Mon gendre arriva à ce moment-là accompagné de mes deux fils. Quand ils eurent fini de se marrer, À quatre nous pûmes dégager la voiture et bloquer les écrous convenablement. En démarrant, je regardai l’heure. J’étais parti depuis quatre heures ! Depuis, j’évite de dire à ma femme que faire les courses ne prend pas beaucoup de temps !

En roulant vers mon domicile, je me surpris à sourire, j’étais content, voire heureux de m’être tiré de cette affaire tout seul, enfin presque tout seul. En tout cas plus fier de moi que le jour où, roulant sur une petite départementale, je m’étais vu doublé par une roue de voiture ; je m’étais mis à rire en la voyant passer à côté de moi, jusqu’au moment où je m’étais m’aperçu que c’était ma roue arrière gauche qui avait décidé de continuer son chemin toute seule, mais là c’est une autre histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Clara
Arabesque
avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 21/03/2011

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Lun 27 Juin 2011 - 15:52

Papigeo, tu as raison c'est très différent ! Mais on reconnait ton style franc ! En tout cas c'est très drôle, et très noble de reconnaître ses torts !! Razz Moi qui ne vais jamais en supermarché, je comprends cet agacement !! Les petites boutiques à proximité me suffisent !

Quelle aventure, on aurait aimé connaître la réaction de la dame !! A-t-elle compris que quelque chose se tramait dès qu'elle a vu la liste de courses oubliée ??? Wink

Papigeo tu aurais même pu ouvrir un nouveau topic, non ?? Wink
Revenir en haut Aller en bas
April
Richard Castle
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 43
Localisation : Allongée sur des pétales de violettes, en très bonne compagnie

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Lun 27 Juin 2011 - 15:59

Je me suis permise de le faire, cela sera plus simple pour faire les commentaires. Very Happy

Quant à moi, je lirai ton nouveau texte dès que possible. Wink

_________________

Ses baisers laissaient à désirer... son corps tout entier. Woody Allen


Dernière édition par April le Lun 27 Juin 2011 - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Papigeo
Page blanche


Messages : 10
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 69
Localisation : Basse Normandie

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Lun 27 Juin 2011 - 16:39

Pour la liste des courses ma femme, me connaissant n'a pas été vraiment surprise; c'est le fait de n'être toujours pas rentré plusieurs heures après mon départ qui l'inquiétait.
Inutile de dire que mes "explois" de ce jour font toujours le bonheur de ma petite famille auquelle mes petits enfants ce sont ajoutés, et pour la moquerie, ils ne sont pas les derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Clara
Arabesque
avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 21/03/2011

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Lun 27 Juin 2011 - 16:52

Super de savoir transformer des anecdotes en petites nouvelles ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Ode à la poésie
avatar

Messages : 776
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 46
Localisation : Pas très loin d'un pied de vigne...

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Lun 27 Juin 2011 - 17:42

Elle est super cette histoire. Quelle aventure! Et quel sang-froid. Dans la même situation qu'aurais-je fait, Rien sans doute, abandonner la voiture et aller sous la pluie chercher de l'aide. Je sais changer une roue, mais je n'arrive jamais à dévisser ces satanés boulons.

J'ai un peu honte, je n'ai pas pris le temps de lire l'autre encore, aujourd'hui j'ai pataugé dans le béton (et ce n'est pas une image...)

Papigeo a écrit:
Moi qui ne cesse de répéter à ma femme qu’avec elle, faire les courses c’est la galère et que tout seul j’irais bien plus vite, j’avais bonne mine.
J'ai déjà entendu ça souvent, sauf que quand je fais les courses de la semaine seule, j'en ai pour 1h30 du départ de la maison au retour à la maison, quand mon mari m'accompagne, le délai se rallonge d'une heure... Very Happy A ma décharge, je suis dans une toute petite ville de province, le parking n'est jamais saturé et l'attente aux caisses est ridiculement courte.

Clara a écrit:
Super de savoir transformer des anecdotes en petites nouvelles !
Tout à fait d'accord! L'auto-dérision n'est pas à la portée de tout le monde!
Revenir en haut Aller en bas
http://unmondeencouleurs.over-blog.net/#
April
Richard Castle
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 43
Localisation : Allongée sur des pétales de violettes, en très bonne compagnie

MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   Mar 28 Juin 2011 - 10:01

Excellent Papigeo, c'est très drôle. On sent vraiment le vécu. lol! lol! lol!

Le chariot qui roule de travers, la pièce qu'on oublie, les interminables queues aux caisses... Et bien sûr, on tombe toujours sur la file où il y a un problème : une personne a oublié de peser des aliments, le code-barre ne fonctionne pas, etc. Razz

_________________

Ses baisers laissaient à désirer... son corps tout entier. Woody Allen
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les courses de la semaine, merci bien !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les courses de la semaine, merci bien !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel Setaku Garçon te correspond ?
» Anniversaire MD56
» Eminem
» Merci de bien vouloir m'accueillir parmi vous.
» Pour votre securité... ( Merci de bien prendre le temps de le lire.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La plume et l'épée :: Ecrire :: Vos écrits :: Ecrits de Papigeo-
Sauter vers: